Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘guimaraes’

Suite à une première virée dans le Minho (relatée ici en deux parties), j’étais déjà passé par Guimarães. J’avais alors visité la partie près du centre-ville, regroupant le palais et le château. C’était la partie la plus ancienne de la ville, avec le château pratiquement construit dès la création du Portugal.

Mais pour cette deuxième virée dans le Minho, j’ai décidé d’aller vraiment dans le centre-ville (classé au patrimoine mondial de l’UNESCO). Les deux parties de la ville sont vraiment à voir, avec de bien belles ruelles et des monuments imposants.

Ce quartier médiéval, bien préservé, a donc été classé par l’UNESCO en 2001. C’est un charmant labyrinthe de ruelles entourant deux belles places où il fait bon se perdre et déambuler. Les parties les plus intéressantes sont la rue principale, Rua Santa Maria, très ancienne, qui reliait le monastère de Mumadona au château fort. A voir aussi, l’ensemble médiéval formé par la petite place de Largo da Oliveira (Igreja de Nossa Senhora da Oliveira) et la Praça de Santiago, plus joli tôt le matin avant que les terrasses des cafés ne s’y installent. Enfin, marchez le long de l’étroite Rua Dom João I, ancienne route de Porto, bordée de maisons aux façades ornées de balcons.

DSCF1973Fontaine sur le Largo do Toural, marquant l’entrée du vieux quartier

DSCF1976Dans une ruelle derrière le Largo Al Carvalho

DSCF1980Ruelle typique, avec des croix/églises omniprésentes

DSCF1982Il ne manque plus que le linge au balcon

DSCF1985L’Igreja de São Gualter, avec au premier plan le « Largo da Republica do Brasil »

Du XVIIIè siécle, cette église fut dotée au XIXè siècle de hautes flèches jumelles s’élançant au-dessus du centre-ville. C’est certainement l’église qui offre la façade la plus harmonieuse de Guimarães.

JPB_4391Terrasses de cafés dans le Largo da Oliveira

JPB_4393Igreja de Nossa Senhora da Oliveira

Erigée sur ordre de la comtesse Mumadona Dias au Xè siécle et reconstruite quatre siècles plus tard, cette église domine le Largo da Oliveira. La reconstruction de cette église romane date exactement de 1385, avec une reédification voulut par D. João I afin de célébrer la victoire dans la bataille de Aljubarrota. L’étrange édifice à l’extérieur de l’église est un belvédère gothique doté d’une croix qui marquerait l’endroit où, selon la légende, le chef wisigoth Wamba (victorieux des Suèves), aurait planté son épée dans le sol à côté d’un olivier (d’où le nom donné à cette place). La légende dit aussi que Wamba, refusant de régner à moins qu’un rameau ne pousse de la poignée de son épée plantée dans le sol, eu l’agréable surprise de voir ce rameau d’olivier pousser.

DSCF1989Détail du fronton de l’église

Venez donc visiter et flâner dans les vieilles ruelles de Guimarães….

Publicités

Read Full Post »

Après Viana do Castelo et Ponte de Lima, nous voici maintenant dans Braga. Si vous voulez un hébergement qui change des hotels à touristes, je ne peux que vous conseiller (merci le Lonely Planet) la Casa Santa Zita.

Voici ce que dit le guide: ce gîte pour pélerins (cherchez la petite plaque marquée « Sta Zita »), à haut plafond, impeccablement tenu, respire la sérénité. Les soeurs offrent des chambres immaculées, agrémentées de charmantes attentions comme les draps de coton repassés. Excellents repas dans la salle à manger (6€).

Pour info, nous avons payé, par personne pour la nuit et le petit-déjeuner, 15€ !!! Vous logerez en plein coeur de Braga, à deux pas (j’exagère à peine) de la cathédrale Sé.

 

A Braga, les amateurs et amatrices d’art baroque et d’architecture religieuse vont être servis. A Braga la pieuse, la « Rome » du Portugal, couverte d’églises et de couvents, les clochers tintent en permanence. Attachée à ses traditions religieuses et agricoles, la ville se transforme pendant les fêtes de la Semaine Sainte et du solstice d’été (la Saint-Jean) en un véritable théâtre en plein air. Mais la capitale du Minho, qui compte une université depuis 1973, est aussi un centre industriel et économique actif.

 

jpb_2756Petite place près de la porte Ouest de la ville

 

jpb_2764Petite fontaine et place typique près de l’ancien palais épiscopal

 

jpb_2771Le jardin de Santa Barbara, devant l’antique palais épiscopal (14ième au 18ième siècle)

 

jpb_2781Jeu d’eau à la fontaine des pélicans, devant l’hotel de Ville

 

jpb_2782

 

jpb_2783

 

jpb_2790Détail d’un façade, près de l’église de Santa Cruz

 

jpb_2805La façade de la cathédrale

Dressée au coeur de la ville, la cathédrale forme un large complexe rassemblant tous les styles architecturaux, constitué de l’église elle-même, du cloître attenant et de plusieurs chapelles. C’est la cathédrale la plus ancienne du Portugal. Sa construction commença en 1070 lors de la restauration de l’archevêché et se termina au siècle suivant. Rien que pour les magnifiques orgues présents dans la nef de la cathédrale, la visite vaut le détour. Des « trésors » (comme une croix qui a servi à la célébration de la première messe au Brésil en 1500) se visitent aussi lors de la visite guidée qui traverse la « Capela dos Reis ». Cette chapelle abrite les tombes d’Henri de Bourgogne et de Dona Teresa, parents du premier roi du Portugal, Alphonse Henriques.

 

Après cette visite de Braga, direction le Sud vers Guimaraes … après un petit détour à l’Est à Bom Jesus Do Monte.

jpb_2811Vue sur les nouveaux quartiers de Braga, depuis les jardins de Bom Jesus do Monte

Le sanctuaire de Bom Jesus do Monte s’élève au sommet d’un escalier monumental qui est l’une des plus surprenantes réalisations de style baroque au Portugal. Taillé dans l’austère granit gris que rehausse la blancheur des murs crépis à la chaux, il est représentatif du baroque du Nord du pays (début du 18ième siècle). Le sa nctuaire vers lequel l’escalier conduit est plus austère: il a été construit entre 1784 et 1811 dans le style néoclassique. A noter que pour accéder au sanctuaire, on peut utiliser un funiculaire « hydraulique ». Inauguré en 1882, ce funiculaire fut le premier construit dans la péninsule ibérique. Il est actuellement le plus ancien au monde utilisant la seule force de la gravité de l’eau, grâce à deux réservoirs faisant contrepoids.

 

jpb_2812

 

jpb_2820

jpb_2828A chaque « étage » de l’escalier, une fontaine différente

 

jpb_2833En haut de l’escalier « des 5 sens » au style baroque…

 

Et maintenant direction Guimarães, première capitale du Portugal et berceau de la nation au 12ième siècle. Décidément, cette petite escapade dans le Minho nous fait passer en revue le Portugal historique.

 

Guimarães est l’une des villes les plus jeunes d’Europe par sa population et l’une des plus attirantes du Nord du pays. Son centre historique médiéval, ensemble architectural homogène réhabilité dans les règles de l’art a été, en 2001, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La ville, dominée par un fier chateau, est aussi un centre économique dynamique notamment dans le domaine du textile.

jpb_2849

 

jpb_2852

 

jpb_2839Vue du « Castelo », depuis le parc qui l’entoure

 

Guimarães va me permettre de faire un petit rappel historique sur l’histoire de la création du Portugal. En effet, Guimarães est le « berceau » du Portugal.

Une tour de défense assurant la protection d’un monastère et de quelques maisons alentour: telle est, au 10ième siècle, la configuration du bourg de Guimarães, fondé peu de temps auparavant par la comtesse Nuña Mumadona, originaire de Leòn. En 1095, Alphonse VI, souverain de Leòn et de Castille, lègue le comté de Portucale à son gendre Henri de Bourgogne. Celui-ci fait aménager en chateau la tour de Guimarães, capitale du comté et s’y installe avec sa femme, la princesse Thérèse. De cette union naît, vers 1110, Alphonse Henriques qui succède à son père en 1112 (il n’a pas deux ans). Arguant de l’inconduite notoire de sa mère qui assure la régence, le jeune prince se révolte et s’empare du pouvoir le 24 juin 1128, à l’issue de la bataille de São Mamede (il a alors à peine 18 ans). Il engage ensuite une lutte contre les Maures qui se montrent manaçants et les défait le 25 juillet 1139 à Ourique. Au cours de l’engagement, il est proclamé roi du Portugal par ses troupes; ce choix est ensuite confirmé en 1143 par les « Cortes » de Lamego et par son cousin Alphonse VII, roi de Leòn et de Castille.

 

jpb_28445 des 39 cheminées en brique du palais des Ducs de Bragance

Construit au début du 15ième siècle par le premier Duc de Bragance, son architecture montre une forte influence bourguignonne, surtout dans les toitures et l’aspect insolite des 39 hautes chéminées de brique. Considéré comme l’une des plus somptueuses demeures de la péninsule ibérique, le palais est aujourd’hui résidence officielle de la présidence de la République du Portugal (même si il n’est quasiment pas utilisé).

 

Sur la route du retour à Porto, un arrêt à Amarante s’impose, surtout pour les français que nous sommes. En effet, la ville a vécu au rythme des « invasions françaises », dont on fête cette année le bi-centenaire.

 

jpb_2867Le pont sur le rio Tamega, où la population repoussa en 1809 la retraite
du Général français Soult, lors d’une des nombreuses campagnes napoléoniennes

 

jpb_2868

 

Un petit détour par la vallée du Douro avant de rentrer sur Porto et ca en sera terminé de cette escapade dans le Nord du Portugal …. en attendant la prochaine.

 

jpb_2875Fin de journée au bord du Douro

 

Read Full Post »